Réunion de lancement d’un nouveau projet sur la leptospirose (Agence Nationale de la Recherche)

Le 21 janvier 2020 se tiendra  à l ‘IPNC la réunion de lancement du programme de recherche sur la leptospirose soutenu par un financement de l’Agence nationale de la Recherche. Ce projet réunira une collaboration , pour une durée de 3 années, de  l’Université de la Nouvelle-Calédonie (ISEA)  l’Institut de Recherche pour le Développement (UMR Hydrosciences et IMPMC)  l’Institut Pasteur (Biologie des Spirochètes) et l’IPNC (UREL) .

Son ambition est de décrire les déterminants telluriques et hydrologiques qui expliquent la survie environnementale et la dispersion des leptospires pathogènes à l’origine des cas humains de leptospirose en Nouvelle Calédonie.

 

Dans les médias:

https://la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie/nouvelles-recherches-comprendre-bacteries-leptospirose-791485.html

6ème conseil scientifique international de l ‘IPNC

Le 6ème conseil scientifique de  l‘Institut Pasteur de Nouvelle Calédonie s’est tenu du 6 au 8 novembre 2019. Il réunit tous les 2 ans 6 chercheurs de rang internationaux : John Aaskov (Queensland University) Andrew Steer ( University of Melbourne) , Ben Adler (Monash university ) Didier Fontenille (IRD) Yvon Cavaloc  (UNC), Cecile Cazorla (CHT-NC)  pour évaluer les travaux réalisés par les équipes de l‘IPNC.

Organisation Mondiale de la Santé (OMS): Visite à l ‘IPNC du DR T KASAI, Directeur du bureau régional de l’OMS et du Dr CAPUANO directrice du bureau OMS à FIDJI

Le Dr T Kasai, directeur régional de  la région OMS  du Pacifique occidental  accompagné du Dr Capuano  directrice du bureau OMS pour le Pacifique sud à Fidji a visité l’ Institut Pasteur de Nouvelle Calédonie en présence de Mme Eurisouké  membre du gouvernement de Nouvelle Calédonie en charge du plan DO KAMO et du Dr Grangeon de la DASS NC

Cette rencontre a permis de mettre en valeur la qualité des partenariats  en santé et recherche entre les différentes institutions de la  Nouvelle Calédonie ainsi que les perspectives de coopérations face aux enjeux de santé de la région.

 

IPNC Offre de stage de MASTER 2

Lieu du stage : Institut Pasteur de Nouvelle Calédonie  – Nouméa

Contexte

Principale maladie virale transmise par des arthropodes dans les pays tropicaux et subtropicaux, la dengue est un problème de santé publique majeur. Les virus de la dengue (DENV) sont subdivisés en 4 sérotypes (DENV-1 à -4). L’immunité croisée entre les sérotypes est de courte durée. Dans les pays où la dengue circule sur un mode épidémique, une épidémie est causée par un sérotype majoritaire. Un sérotype minoritaire peut co-circuler. Au cours de l’épidémie suivante, ce sérotype minoritaire peut s’éteindre, ou émerger pour devenir le sérotype majoritaire.

En Nouvelle-Calédonie, territoire français d’outre-mer situé dans le Pacifique Sud, le DENV-1 a été le sérotype majoritaire et a circulé de manière quasi-ininterrompue de 2010 à 2017. En 2014 et 2017, DENV-3 a co-circulé avec DENV-1 et n’a plus été détecté l’année suivante. DENV-2, en revanche, a co-circulé avec DENV-1 et -3 en 2017 et est devenu le sérotype majoritaire en 2018.

Sujet du stage: Afin de déterminer si le fitness viral peut conditionner la dynamique d’expansion/extinction des sérotypes minoritaires, les capacités réplicatives d’isolats viraux issus de sérotypes minoritaires (DENV-3 de 2014 et 2017, DENV-2 de 2017) seront comparées par des cinétiques d’infection in vitro de lignées de cellules hépatiques humaines et de monocytes humains.

L’étudiant-e contribuera à l’isolation des souches de DENV du sérum de patients par des infections in vitro de cellules de moustique. Puis l’étudiant sera impliqué dans le titrage de ces isolats viraux afin d’établir des stocks viraux qui seront employés dans les expériences d’infections in vitro.

En parallèle, les conditions de réalisation des cinétiques de réplications virales seront mises au point. Notamment, les conditions d’isolation des monocytes humains à partir d’anneaux de cytaphérèse issus de donneurs de sang seront optimisées. Les paramètres expérimentaux des cinétiques de réplication (concentration cellulaire, Multiplicité d’Infection, conditions d’analyse par cytométrie en flux) seront établis.

Dans le but d’explorer l’impact d’une immunité humorale pré-existante contre le sérotype majoritaire sur l’expansion/l’extinction d’un sérotype minoritaire, la séroprévalence du DENV-1 sera mesurée pour les séra de patients DENV-3+ et DENV-2+ collectés en 2014 et 2017. Pour ce faire, l’étudiant participera à la réalisation d’expériences de séroneutralisation, qui consistent à mesurer par des infections in vitro de cellules de mammifères révélées par immunofluorescence la présence d’anticorps ciblant le DENV-1.

Ce stage permettra à l’étudiant-e de se former aux techniques de culture cellulaire, d’infections in vitro, de travail en laboratoire de confinement P2+, de cytométrie en flux et d’immunofluorescence.

Durée et Période du stage : 6 mois (Janvier-Juin 2020)

Laboratoire

Unité de Recherche et d’Expertise – Dengue et Arboviroses (URE-DA). Institut Pasteur de Nouvelle-Calédonie.

Maître(s) de stage

Dr Catherine Inizan, Chercheure URE-DA, cinizan@pasteur.nc

Candidatures à adresser avec un CV actualisé aux Dr C Inizan cinizan@pasteur.nc et Dr Myrielle Dupont-Rouzeyrol Responsable de l’URE-DA. mdupont@pasteur.nc

IPNC Offre de stage de MASTER 1

Proposition de stage de Master 1  en Biologie moléculaire, Cellulaire, Entomologie, Environnement, Santé

Institut Pasteur de Nouvelle-Calédonie
Lieu : Nouméa, Nouvelle-Calédonie

Responsable du stage Myrielle Dupont-Rouzeyrol
Qualification et spécialité du responsable de stage : Responsable UREDA
Mail : mdupont@pasteur.nc
Description du stage proposé
Principale maladie virale transmise par des arthropodes dans les pays tropicaux et subtropicaux, la dengue est un problème de santé publique majeur. Le virus de la dengue (DENV) est transmis à l’homme par la
piqûre de moustiques du genre Aedes et peut provoquer des symptômes allant d’une infection inapparente à la dengue classique et à des formes graves, voir mortelles de dengue. Il n’existe à ce jour aucun traitement antiviral spécifique et l’efficacité potentielle d’un vaccin récemment homologué reste
mesurée. Les actions de lutte anti-vectorielle ne parviennent pas à prévenir et à contrôler l’apparition d’épidémies. Dans ce contexte, il est urgent de développer de nouveaux outils de contrôle des vecteurs qui permettront des interventions plus efficaces.
Une stratégie prometteuse visant à bloquer la transmission du DENV consiste à libérer les moustiques Aedes aegypti colonisés par la bactérie endosymbiotique Wolbachia. Cette stratégie est actuellement déployée dans 12 pays, dont Nouméa, Nouvelle-Calédonie (NC) par le World Mosquito Program (WMP). Le projet DENWOL a pour but d’étudier les effets réciproques de Wolbachia et de l’évolution du DENV avant, pendant et après l’intervention en NC afin de déterminer les impacts de cette évolution sur cette stratégie.
Le stage de M1 que nous proposons s’inscrit dans ce projet de recherche. Le stagiaire aura pour mission de rechercher le DENV chez les moustiques collectés dans la zone de lâcher. Pour cela, il devra mettre au
point les conditions d’analyse des échantillons collectés fonction des différents paramètres : temps de piégeage, nombre de moustiques par pool… Une fois ce protocole mis en place, il devra réaliser le screening des moustiques collectés et déjà mis en collection.

Compétences mises en oeuvre durant ce stage : identification de moustiques, biologie moléculaire. Du terrain est envisagé pour participer à la collecte des échantillons. Des connaissances en biologie moléculaire : PCR classique et/ou temps-réel sont nécessaires.

Stage de 2 à 3 mois, 1er semestre 2020.

Candidature
Envoyer CV et lettre de motivation par mail à M. Dupont-Rouzeyrol mdupont@pasteur.nc